Le piège terrible du LOU

Le LOU a tenu sa partition du début à la fin face à Montpellier (14-25). Les Cistes, eux, rechutent pour la quatrième fois à domicile dans un match passé sans solution. Les doutes sont plus que présents. Le MHR est neuvième du classement.

En écrivant la semaine dernière, on s’imaginait forcément à un début 2019, plus beau, plus flamboyant que les quelques derniers mois. C’est au moins la sensation que nous avait donné les hommes de Vern Cotter. Au final, nous tentons d’écrire une nouvelle désillusion subie par le MHR et ses supporters. Le cadre était pourtant parfait. Avec une victoire, le Top 6 ouvrait enfin ses portes à Montpellier. Mais non. Les Montpelliérains ont mieux débuté que face à Pau, sans concrétiser. Lyon, réaliste, a décidé de prendre les points par une pénalité et par un drop, pour valider un premier quart d’heure intéressant (0-6). Le sursaut Héraultais viendra quelques minutes plus tard. Après avoir (enfin) cassé la ligne de defense des lyonnais, car oui cette ligne était une véritable muraille, Serfontein s’en est allé inscrire l’essai sous les poteaux (7-6). Malheureusement, c’était un jour sans, en attaque. Les pertes de balles furent bien trop nombreuses pour tenter de reprendre le score (7-9). En fin de première période, ce sont les visiteurs, bien plus percutants, qui étaient récompensés à juste titre. Sur un coup de pied judicieux d’Arnold, ce dernier fait un geste acrobatique pour remettre Wulf dans la voie de l’essai (7-16). Même après quarante minutes, la situation était embarrassante pour le MHR.

Le visage que l’on attendait est arrivé juste après la pause. Exactement comme la semaine dernière. Les Montpelliérains s’en sont remis à du jeu puissant et percutant. Suite à de nombreuses séquences, c’est Ruffenach qui aplati sur l’aile (14-19). C’est alors à partir de ce moment là que nous avons retrouvé notre Montpellier bien trop morose de la première période. La ligne du LOU ne bougeait pas d’un centimètre, tandis que celle du MHR subissait beaucoup trop les décalages. Très solidaires, les joueurs de Pierre Mignoni mettaient régulièrement à la faute les locaux, pour ainsi aggraver la marque par la botte de Wizniewski (14-22 puis 14-25). L’ex grenoblois a été auteur de 20 points. Montpellier sonnait la révolte, mais beaucoup trop de passes étaient jetées sans conviction. Au total, ce sont 16 ballons perdus par les Montpelliérains ce Samedi. C’est bien trop pour espérer tirer quelque chose de ce match. En fin de rencontre, les Cistes auraient pu arracher un point de bonus défensif, mais sur un ultime en-avant, Monsieur Garcès sifflait la fin de la rencontre, et le début des doutes montpelliérains. La Coupe d’Europe va tenter de faire oublier cet échec cuisant, avec la réception de Newcastle, le week end prochain.

Quentin Jacquet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s