Le Sud du Vidourle chante, le Nord coule

Avec une envie plus poignante, les Montpelliérains ont eu les Nîmois à l’usure ce Mercredi soir à l’Aréna (33-27). Un coup d’accélérateur dans le money time aura permis à Montpellier de conserver la suprématie régionale. Qu’elle fait du bien !

Tout n’était vraiment pas gagné avant ce match. Des quelques mots que nous écrivions hier en avant match (Cf article : Un derby et des dégâts possibles), le MHB se devait de nous contredire, de chasser les doutes qui persistent depuis un bon moment. Mais le danger nîmois était, et fut au final bien réel. Le couteau entre les dents, accompagnés d’un bon nombre supporters qui ont bravé la cinquantaine de kilomètres pour venir, les visiteurs avaient cette envie flagrante de faire chuter Montpellier à domicile. Très concentrés dès l’échauffement de leur coté, les Hommes de Patrice Canayer savaient pertinemment que c’était bien plus qu’une simple rencontre qui allait se jouer. Et cela s’est rapidement vu dans les premières minutes de la rencontre. Nous avons eu devant nous deux défenses très agressives sur le porteur de ballon, et propre en interventions. Mais à ce moment là, l’ancien montpelliérain Remi Desbonnet rentrait déjà dans sa partie (4-6), tandis que Nikola Portner, aligné d’entrée, avait un peu moins de réussite. Il n’était pas franchement aidé par son secteur central qui laissait des boulevards. L’entrée de Melvyn Richardson a tout de même changé beaucoup de choses au quart d’heure de jeu. Dynamique et efficace devant le but adverse, de loin il redonnait un second souffle à cette équipe, qui menait désormais au tableau d’affichage (12-9). L’atmosphère était palpable, et les Nîmois s’en voulaient de laisser échapper un début de partie presque parfait. Au final, le MHB appuyait là où il fallait, et procédait en contre en fin de période pour mettre un ultime coup avant le repos (18-14).

D’un pas décidé, les Nîmois sont revenus les premiers sur le terrain de la Sud de France Aréna. Ils savaient que pour s’imposer ici, il fallait régler quelque chose au sein de leur défense. Et c’est bien Montpellier qui en a subi les conséquences. En effet, si les Gardois ne se montraient pas plus efficaces au tir, nous assistions à des séquences défensives remarquablement rodées pour bloquer le jeu montpelliérain. Sur les ailes, secteur central ou de loin, plus rien ne passait pour le MHB. En quelques minutes, l’USAM avait recollé et oubliait son retard des trente premières minutes (21-20). Après avoir laissé passer l’orage, avec seulement quatre buts inscrits en quatorze minutes, les joueurs de Patrice Canayer ont fait confiance aux cadres habituels pour creuser de nouveau l’écart. C’est ainsi que nos chers Valentin Porte, Melvyn Richardson et Michael Guigou, pour n’en citer que trois, ont permis aux Bleus de marcher à nouveau sur la défense nîmoise (26-22). La méfiance était tout de même garantie, car Montpellier se mettait trop à la faute, et les exclusions temporaires se suivaient contre la base arrière. Les Gardois n’ont pas su profiter de cela. Pire même, ils ont encore plus coulé sous la vitesse de jeu des Héraultais. Une victoire nette et sans bavure pour le MHB qui pourra passer les fêtes de Noël tranquille, loin de tous les doutes, et surtout, devant son rival de toujours au classement (33-27).

Quentin Jacquet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s