Parmi les grands du championnat

Une éclatante victoire contre Marseille (3-0), et voilà que les montpelliérains se retrouvent deuxièmes du classement. Si la fin du championnat reste loin, le MHSC montre un visage d’un vrai prétendant à l’Europe. 

Le tout et le rien. La tactique contre le match ouvert. En une mi temps, Montpellier et son trio d’attaque ont su éblouir une Mosson en folie. Pourtant, la délivrance fut longue. En effet, montpelliérains et marseillais ont mis beaucoup de temps pour se découvrir. Pire, les visiteurs se montraient plus dangereux, tout en manquant de lucidité devant le but à l’image de Germain, puis Payet. Les joueurs de Der Zakarian, eux, s’attelaient à une tache bien plus defensive, de sorte à ne pas encaisser l’ouverture du score. De ce fait, la bataille se jouait donc au milieu de terrain, et l’ex pailladin Morgan Sanson se déplaçait bien entre les lignes pour apporter du danger. La seule occasion coté Montpellier vient d’une belle reprise signée Mollet, bien stoppée par un Mandanda solide au premier poteau. Le jeu montpelliérain était pourtant coherent, avec de nombreux renversements dus au système tactique, sans parvenir à inquiéter l’OM dans ces 45 premières minutes (0-0).

A l’inverse de l’entame de match, c’est bien le MHSC qui mettait un vrai coup d’accélérateur. Florent Mollet, anormalement libre, a commencé à rythmer le jeu montpelliérain. Un emballement se sentait désormais dans ce match. Il n’a fallu que six minutes, pour qu’un de nos deux buteurs surgisse. Sur un joli centre en une touche, Laborde place une tête imparable pour ouvrir la marque (1-0). La Mosson explosa. Ca y’est, le but de la délivrance était là. S’en est suivi un rythme infernal imposé par les locaux qui amena rapidement le break. Un superbe mouvement coté droit ramène le ballon dans les pieds de Laborde, qui enroule pour faire trembler les filets (2-0). La déconvenue ne s’arrêtait pas là pour l’OM. Déchaînés, les montpelliérains jouaient les contres, et Paul Lasne glissait une frappe subtile de sa patte gauche pour aggraver le score (3-0). D’une première mi temps tactique, nos pailladins ont accéléré le jeu, trop rapides pour des joueurs de Marseille complètement dépassés. A Montpellier, ce lundi est heureux.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s