7 ans après, le trophée revient à Montpellier

Depuis Montbéliard,

Après s’être détaché de Nantes en demi finale, Montpellier a réalisé un match abouti du début à la fin, pour s’adjuger le 42e trophée de son Histoire. Cette nouvelle saison démarre sur les chapeaux de roues. 

Un coup d’accélérateur déterminant 

Oui, parfois il faut savoir faire le dos rond lorsque l’on ne domine pas les débats. Heureusement pour le MHB, cela n’a duré que quelques minutes. En place tactiquement, les Montpelliérains ont buté plusieurs fois sur le gardien du SRVHB. Même le penalty de Melvyn Richardson ne finissait pas au fond des filets (1-3, 5e minute). Pourtant, Patrice Canayer a réussi à ranimer ses troupes. Très rapidement, la base arrière a retrouvé son efficacité habituelle au tir pour permettre aux bleus étoilés de prendre la tête. Dans le même temps, Saint Raphaël se montrait plus nerveux en défense, et concédait des exclusions temporaires. Une aubaine pour nos joueurs, qui ont profité de cet instant en supériorité numérique pour creuser le premier écart (7-4, 11e minute). Nikola Portner, titulaire durant ce début de match, était à l’heure actuelle, déterminant sur ses arrêts à bouts portants. Si les quelques contres attaques des varois terminaient dans la cage montpelliéraine, le jeu placé tournait à l’avantage des Bleus, plus engagés et justes que leurs adversaires (11-8, 22e minute). Disciplinés, et surtout plus attentifs aux pertes de balles, le MHB repartait aux vestiaires avec cette avance de trois buts (17-14).

Une gestion du match et de l’effectif

Toujours en manque de Michael Guigou, le coach montpelliérain a tout de même pu compter sur ses cadres et son nouveau capitaine, Valentin Porte. Plus que cela, le fait marquant vient du retour en immense forme d’un Mathieu Grebille délaissé presque toute la saison dernière. Avec ses huit buts, il a porté cette formation Héraultaise, qui entamait ce second acte de la plus belle des manières (24-19, 42e minute). Difficile de croire à un retour de Saint Raphaël à ce moment là, tant les débats étaient maitrisés par non pas sept joueurs, mais tout l’effectif emmené ici à Montbéliard, par Patrice Canayer. Les adversaires profiteront de quelques maladresses des Héraultais pour remettre le suspense à sa place, à dix minutes de la fin (27-24). L’assurance que nous ressentions depuis les tribunes étaient au final bien réelle. En habit de champion, Montpellier a géré sa fin de match pour s’offrir le premier trophée de la saison. Un énorme coup frappé d’entrée de jeu.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s