L’affront gommé face à La Rochelle

C’est un MHR plutôt convaincant que nous avons retrouvé face à la Rochelle (29-14). Si la première période a été à sens unique, les Montpelliérains ont connu de nombreuses difficultés à maitriser le match par la suite. L’important : les quatre points. 

Le goût amer de la défaite face à Castres oublié, il fallait déjà relever la tête au GGL Stadium. Offrande ou cadeau empoisonné du calendrier (seul l’avenir nous le dira), les Montpelliérains étaient déjà de retour à domicile pour lancer la saison. Trompe l’oeil ou non, l’entame fut plaisante à voir chez les Cistes. Généreux et agressifs, ils étaient vainqueurs dans tous les duels. De sa botte, Ruan Pienaar apportait les six premiers points de la partie (6-0). En défense, la perméabilité de la semaine dernière fut bien laissée de coté, et c’est tant mieux. Là où il fallait se réjouir, c’est en voyant les quelques offensives rochelaises qui laissaient place à de belles ouvertures pour contrer. Pourtant, seules les pénalités entre les perches abreuvaient le tableau d’affichage (9-0). Plutôt inhabituel d’ailleurs pour des Cistes plus joueurs. Qu’importe, il fallait retrouver de la confiance. Cette dernière se gagnait en majeure partie sur les mêlées, dominées de fond en comble par Montpellier. S’en suit enfin la logique, le premier essai ! 32 minutes de disputées, sur de jeu rapide, les Montpelliérains aplatissent par l’intermédiaire de Reilhac. Enfin ! (14-0). Les Cistes n’étaient pas décidés à rentrer aux vestiaires de suite. Choix payant, après un balayage du terrain de gauche à droite, Vincent Martin creuse l’écart (19-0).

Plus entreprenants qu’en première période, les visiteurs sortaient la tête de l’eau face à une défense Héraultaise plus laxiste. A ce jeu, le gouffre s’est crée. Sur une action d’école, les joueurs de la Rochelle ont parfaitement exploité une mêlée à cinq mètres pour revenir dans la partie (19-7). Le réveil est trop tardif pour Montpellier dans cette deuxième mi temps. A l’image d’un coup de pied inutile de François Steyn, le MHR perdait son jeu, et les 10000 personnes du stade restaient inquiètes. Contre le cours du jeu, Montpellier rassure. Paradoxal. Après un gros travail des avants, c’est Paul Willemse qui rapprochait les Cistes d’un potentiel point de bonus offensif, à l’heure de jeu (26-7). Pourtant, le contraste restait trop grand. Devant, les Montpelliérains perçaient sur chaque incursions, cependant, les fautes à répétition entrainaient beaucoup de difficultés à défendre. D’un camp à l’autre, La Rochelle recollait (26-14 puis 29-14). Coté Cistes, on cherchait plus à s’assurer de la victoire plutôt que la bonifier. La fin de match a tout de même été enflammée d’un nouvel essai signé Ruffenach (36-14). Un régal ce Samedi. C’est sur un rythme plus tranquille que Héraultais et Vendéens se sont quittés devant un public ravi.

Quentin Jacquet

Evolution du score : 3-0 / 6-0 / 9-0 / 14-0 / 19-0 / 19-7 / 26-7 / 26-14 / 29-14 / 36-14

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s