Messieurs, au travail !

Posons nous les vraies questions. Quelles sont les petites choses qui ont pu manquer à Montpellier pour se défaire de Castres. Si nous nous penchons sur le sujet, nous verrons qu’elles sont infimes. Pourtant, c’est bien le CO qui a mis fin à l’invincibilité de notre équipe à domicile.

Plus physique ? Plus préparés ? Peu importe, ces castrais ont dicté leur loi durant 80 minutes pour faire déjouer tous les pronostics. Seulement douze semaines après avoir éteint le rêve montpelliérain au Stade de France, les hommes de Christophe Urios viennent plonger le doute dans les rangs du MHR. Il n’y a qu’à se pencher également sur les propos tenus par les joueurs, perdus, et sans trop d’explication à ce qu’il s’est produit. Martin Devergie, auteur du premier essai montpelliérain, tentait d’apporter des réponses à nos micros. L’incompréhension et le doute persiste autour d’un premier rendez vous manqué, « Ils ont fait ce qui fallait pour nous faire déjouer, un peu comme lors de la finale. En première mi temps, on a été passif, on marque et on prend un essai derrière ».

Il n’y a pas à se voiler la face pour les Cistes. Peut être l’explication d’une défaite peu attendue intervient après une préparation compliquée, entachée d’un trop grand nombre de blessures et d’absences de cadres. En regardant la feuille de match, certes elle ne ressemblait que très peu à celles de l’an passé, mais il est difficile d’en dégoter une excuse valable, Martin Devergie à l’appui « Il reste encore du boulot. Ils nous ont embêtés dans les rucks, par un manque de rapidité. On a peut être pas assez travaillé physiquement, et il y’a eu trop de ballons perdus. Un manque de liant entre porteur et soutien ».

Nous retrouvons un avis similaire chez le champion du monde All Blacks, Aaron Cruden. Un peu perdu après cette entame ratée, et un choix contesté en fin de partie, il ne cache pas qu’il aurait espéré un tout autre scénario face au Castres Olympique, « C’est une déception, mais cela nous donne un point de travail. Ils étaient plus physique que nous aujourd’hui. L’entraineur nous a dit que nous devions plus les confronter ».

Photo : Cpbphotographie (Instagram)

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s