Un an et un jour : le Lendemain

Jeudi 29 Juin 2017, le père du MHSC, Louis Nicollin, s’éteignait du coté de Nîmes laissant derrière lui, une ville et un club. Personnalité importante sur tous les plans, les hommages furent nombreux. 

Montpellier se réveillait avec une certaine gueule de bois en ce Vendredi 30 Juin 2017. La veille, aux alentours de 17 heures, les montpelliérains amoureux de la Paillade, apprenaient qu’ils perdaient le père fondateur de leur cher club. Un triste moment pour la famille orange et bleue, qui voyait en Louis Nicollin, l’instigateur de toute une réussite depuis plus de quarante ans désormais, couronnée par une Coupe de France, mais également le titre suprême en 2012. Lui qui a permis à la Champions League de se rendre dans cette petite ville du Sud de la France.

Cependant, ce lendemain ne fut pas un jour comme les autres. Les hommages se multiplièrent, et les réseaux sociaux pleuraient le patron. Les médias locaux ne cessaient d’écrire encore et toujours des articles à la gloire de celui que l’on appelait « Loulou ». Des papiers qui retraçaient alors toute une vie, entre les poubelles et le football. Une gueule de bois d’autant plus difficile lorsque l’on se remémore ses fameuses sorties médiatiques virulentes et très crues. Pourtant, c’était son caractère et ce fut comme cela que nous l’aimions. Plus qu’un club et des joueurs, c’est toute une ville en bord de Méditerranée qui réalisait en ce 30 Juin, qu’elle avait perdu une personnalité emblématique, une icône sportive.

Actionnaire également dans divers clubs de la région, Loulou fut pleuré de partout. Dès lors, cela entraina de profondes questions autour du MHSC. Comment cette formation va t’elle pouvoir se relever d’un tel évènement, sans savoir encore que ces braves 22 joueurs allaient réaliser une saison digne d’un bel hommage. En ce 30 Juin, le football montpelliérain était sans repère sans son père. Tout le monde savait désormais que ce jour là, le saint patron de la Paillade, laissait une empreinte indélébile sur son club de coeur. Loulou nous observe depuis là haut, et sait que sa Paillade, son petit club qu’il a bâti, restera toujours au plus haut niveau.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s