Ruan Pienaar, un rendez vous échec

Depuis Saint Denis, 

Impeccable tout au long de cette saison, jusqu’à la demi finale, le buteur sud africain a connu un véritable cauchemar sur la pelouse du Stade de France, samedi soir. Il a, sans le vouloir, surement entrainé en partie, cette défaite.

Habituellement très rassurant dans son jeu, Ruan Pienaar n’a rien fait pour aider mentalement ses troupes à Saint Denis. Lors de toutes ses sorties, le champion du monde savait gérer cette jeune équipe, de par son expérience. La régulation et l’adaptation était alors sa marque de fabrique, comme nous l’avons vu à Lyon, métronome durant 65 minutes. En effet, il y’a tout juste une semaine, tout lui réussissait dans ses choix.

Malheureusement, Ruan Pienaar était la cible numéro 1 de Christophe Urios au Stade de France. Le manager castrais a longuement insisté devant les médias, qu’il souhaitait dérégler et empêcher le demi de mêlée des Cistes, de créer du jeu autour de lui. Pourtant, malgré un coup de pied totalement raté en début de match, qui sonnait déjà l’alerte sans le savoir, il dictait le jeu montpelliérain à merveille en sortie de ruck. Il tentait de donner de la vitesse, mais il était vite rattrapé par un jeu au pied trop défaillant. A l’exemple, des touches directes, ou encore des coups de pieds mal ajustés. Remonté à bloc, le CO profitait des erreurs là pour punir le sud africain. Dans son face à face avec Benjamin Urdapilleta, il n’a pas fait le poids, ne serait ce que l’ombre d’une seconde.

Malgré cela, son expérience et son caractère ont tenté de raviver la flamme montpelliéraine après la mi temps. Il est le principal artisan du seul essai marqué, en rythmant les impacts des avants aux abords de la ligne. Cependant, une fois de plus, le jeu au pied n’était pas monté sur Paris ce week end là, et les manquements de pénalités se faisaient nombreux, qu’elles soient en touches, ou en direction des poteaux. Des pénalités habituellement bien réalisées par le numéro 9. Incompréhensible. Le visage fermé au coup de sifflet final, le sud africain ne trouvait pas les mots devant le bonheur des supporters castrais. C’est une triste histoire pour un Ruan Pienaar tout simplement exceptionnel cette saison. Un grand champion qui passe au travers de sa finale, qui restera une grande désillusion dans sa carrière.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s