Pas de miracle, mais une grande et belle fête 

Pour sa dernière sortie de la saison, Montpellier s’est imposé face à Dunkerque (33-25). Un succès sans effet, puisque dans le même temps, le PSG a également gagné face à Chambéry. 

Ils étaient un peu plus de 3200 dans le Palais des Sports à être venus, tous vêtus d’un t-shirt à la double étoile, afin d’encourager et de féliciter une dernière fois, les héros de la ville. Un peu la tête à l’envers, avec des coupes de cheveux extravagantes pour certains, les montpelliérains ont bien eu du mal à se mettre en route. En face, l’USDK jouait encore une place européenne, mais venait surtout en toute décontraction de son Nord de la France. A l’image des pertes de balles de Ludovic Fabregas, ou encore d’un tir contré de Baptiste Bonnefond, le MHB semblait de pas y être (7-10). Les débats étaient tout de même tendus entre ces deux formations. Nagy commettant une vilaine faute sur Richardson, s’est vu exclure définitivement de cette rencontre au bout d’un quart d’heure. Malgré une période à quatre joueurs, l’USDK ne lâchait pas le morceau. Sur un kung-fu venu de leur propre gardien, les joueurs de Dunkerque viraient en tête à la pause (15-16).

Une mi temps qui n’a probablement pas plu à Patrice Canayer, lorsque l’on savait que rien n’était fait entre Paris et Chambéry. Cependant, les deux équipes qui ont joué le Final Four ce week end (PSG et MHB), ont mis un coup d’accélérateur au même moment de la soirée. En effet, Montpellier, bien plus incisif en défense, laissait l’USDK sans solution. Le jeu rapide a alors fait la différence, surtout en fin de saison, là où les jambes sont de plus en plus lourdes (24-18). Le PSG allait être champion, mais qu’importe, le public fêtait cette fin de saison de la plus belle des manières (29-20). Le coach montpelliérain en a profité pour faire tourner son effectif, et donner du temps de jeu à ceux qui en ont moins eu ces derniers temps. Cadre mature pour son jeune âge, Melvyn Richardson a encore porté le MHB ce jeudi soir (9 buts).

La fête a alors été très belle. Tout d’abord avec l’hommage rendu à notre cher Ludovic Fabregas, qui s’en ira à quelques 300 kilomètres d’ici, mais aussi à Erick Mathé, emblématique entraineur adjoint de Patrice Canayer. Du coté des supporters, cette fin de saison est un rêve, qui s’est prolongé jusqu’au bout de la nuit.

Photo : @PatriciaSports

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s