Final(C)istes !

Depuis Lyon – Décines

Quel coup de folie au Groupama Stadium ce vendredi. Montpellier peut savourer cette éclatante victoire face au LOU (40-14). Nos joueurs (et tous les supporters), prendront la direction de Paris le week end prochain. 

Vibrant, ce frisson bleu et blanc qui s’est emparé du virage Nord de l’enceinte. Et pas que. Eparpillés dans chaque tribune, les supporters des Cistes étaient nombreux à avoir braver les trois heures de route qui mènent à Décines Charpieu. Et on ne peut pas dire que l’on était déçu d’y être.

Des débuts accrocheurs. 

Le MHR était prévenu. Cette partie n’avait rien de prévisible quant aux pronostics. Les joueurs savaient pertinemment que l’entame serait importante, pour calquer un rythme personnel. Pénalisés pour la même faute (un plaqueur non sorti de la zone), lyonnais et montpelliérains se retrouvaient dos à dos (3-3). Lors de chaque possession, les lignes défensives tendaient à reculer sur des prises d’intervalles, mais ne pliaient pas. Le match était bel et bien lancé. Désordonnée, cette défense de LOU se mettait alors plusieurs fois à la faute sur hors jeu, et permettait à Montpellier de s’envoler un peu (9-3). Cette rencontre a connu très tôt des accrochages entre les acteurs. Quoi de plus normal lorsque l’enjeu est si important. A la 23e minute, les Cistes comptaient une petite avance (9-6).

Lyon craque, Montpellier s’envole 

Pour débloquer cette partie cadenassée, mais plaisante, Montpellier s’en est remis à son ailier Nemani Nadolo. Sur le renvoi, la pression des Héraultais a été si imposante, qu’ils ont récupéré le ballon, pour envoyer le numéro 11 à l’opposé, marquer en coin, après validation de l’arbitrage vidéo. Le premier gros coup du MHR ce vendredi (16-6). En revanche, coté défensif, quelques fautes entretenaient l’espoir de tous les lyonnais présents au stade (16-9). La coup de massue est alors intervenu juste avant la pause. Multipliant les pénalités, le troisième ligne rhodanien Gill a été sanctionné pour dix minutes. Jouant le jeu rapidement, Montpellier envoyait son premier centre, Alexandre Dumoulin, aplatir au meilleur des moments (23-9).

Le rouleau compresseur  

Lancés dans un rythme infernal, il fallait alors calmer les esprits en cas de retour lyonnais dans la rencontre. Il n’en fut pas le cas. Après une aggravation du score par un impeccable Ruan Pienaar depuis le début de la partie (26-9), le MHR s’est installé dans les 22 mètres du LOU. Solides en touche, puis en mêlée, Montpellier a décousu la formation lyonnaise et son rideau défensif, grâce à la puissance du capitaine Louis Picamoles (33-9). Le match tournait à la correction, et ce n’était pas pour nous déplaire. Avec les changements, et un peu de sang neuf sur le terrain, les débats se sont rééquilibrés. A l’image, cette occasion d’essai pour Lyon, à cinq mètres de l’en-but, sans concrétisation marquée par une superbe défense de Montpellier. Plus tranchant, le MHR a lui réussi à faire de nouveaux parler sa puissance. Comme presque habituel, le groupé a fait la différence, pour envoyer Willemse, et tous les supporters aux anges (40-9). Une entrée très saluée par tout le stade, celle de Frédéric Michalak, pour ce qui fait de sa dernière sortie sur un terrain, aura eu le mérite d’être une belle empreinte émotionnelle ce vendredi. Malgré un relâchement, et le baroud d’honneur des lyonnais (40-14), Montpellier ira défier Castres ou le Racing, samedi prochain.

Quentin Jacquet

Essai MHR : Nadolo 24′ , Dumoulin 38′ , Picamoles 48′ , Willemse 72′

Essai Lyon : Harris 78′

Spectateurs : 58 664

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s