La pire chose au pire moment

Depuis Saint Raphael, 

Montpellier s’est écroulé à une petite journée de la fin. Pensant ces joueurs du SRVHB émoussés de leur Final Four, il n’en était rien. Les locaux ont totalement déjoué les pronostics, et ont fait flancher cette équipe du MHB, qui laisse (très probablement) filer le titre au PSG.

Une entame catastrophique

Imbibés de peur et de pression, les hommes de Patrice Canayer savaient qu’ils jouaient leur saison sur ce déplacement, pas le plus simple non plus. Perdant toute efficacité au tir dans le premières minutes, les montpelliérains laissaient l’avance à Saint Raphael, qui ne se privait pas (3-0). Les joueurs du MHB perdaient totalement leurs bases du handball, et se confrontaient trop rapidement à la défense rugueuse d’un ancien de la maison, Hmam. Il a fallu attendre la septième minute de jeu, pour que Michael Guigou ouvre le compteur Héraultais d’un poteau rentrant sur penalty. Plus appliqués ensuite, ils ont refait surface grâce à la défense. Au contraire, en attaque, cela restait toujours compliqué et les-dites solutions se faisaient rare au quart d’heure de jeu (6-6).

En tête, mais sur le fil 

Dès lors, le MHB a pris les commandes de la rencontre, sans pour autant s’envoler. En effet, les varois étaient au contact au tableau d’affichage, et n’avaient pas prévu de lâcher le match aussi tôt (8-9, 21e minute). Malgré un temps fort de la défense montpelliéraine en fin de première mi temps, le score ne donnait pas de garanties pour le dénouement (12-13). Contrairement au premier acte, durant lequel Montpellier n’a pas excellé en supériorité numérique, cette fois ci, les choses ont été rectifiées. Peu après la pause, les visiteurs prenaient alors trois buts d’avance (14-17). C’est à ce moment là que le coach de Saint Raphael a joué un coup tactique : une attaque à sept joueurs de champ. Tactique payante à moitié, puisque le MHB virait toujours en tête, mais commençait à s’user en attaque (18-19). D’un coté, Vincent Gérard sauvait les siens, car de l’autre, les montpelliérains, tétanisés par l’enjeu et quelques décisions arbitrales litigieuses, ont eu beaucoup de mal à trouver des espaces de tirs (21-21).

Une fin de match désespoir

Et malgré ce problème majeur devant, la défense tenait le coup. Pourtant, le SRVHB a commencé à mettre un gros doute à cinq minutes du terme, en reprenant les commandes de la partie (24-23). Malgré un huitième but signé Valentin Porte, la physionomie de ce match sentait alors le KO. Les varois, en infériorité numérique, ont trouvé le moyen de marquer par Abily à trente secondes de la fin (26-25). Malheureusement pour nos joueurs, ils ne parviendront pas à égaliser, et s’effondrent sur le terrain. Une défaite amère qui laissera des regrets. Tout Montpelier se soulèvera ce week end pour le Final Four désormais.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s