L’expérience détourne le piège toulousain

Depuis Toulouse,

Montpellier s’est un temps fait (un peu) peur en deuxième mi temps, mais a fini par s’imposer à Toulouse (26-34). Michael Guigou, sur une autre planète, a notamment permis au MHB de dominer, puis de s’envoler pour reprendre la première place du championnat. 

Une démonstration de Handball 

Il reste deux déplacements au MHB pour décrocher le précieux titre de champion. La dernière venue en date, dans la ville rose, n’avait pas souri aux montpelliérains, qui s’étaient inclinés en Coupe (31-30). Et pourtant, malgré ce score fleuve, tout n’était pas parti comme sur des roulettes pour les hommes de Patrice Canayer, accrochés en début de partie (6-5, 10e minute). Cette équipe du Fénix déjouait complètement, face à des joueurs de Montpellier qui ont eu beaucoup de mal à mettre le jeu offensif en place. Il fallait attendre alors le quart d’heure de jeu, pour voir cette formation montpelliéraine exceller, là ou elle réussit habituellement : son jeu rapide. Multipliant les parades, Vincent Gérard est le point de départ de l’envolée de Montpellier (6-10). Les locaux tombaient alors sur une défense de fer, qui n’hésitait pas à mettre des coups. Entre les pertes de balles et les tirs contrés, les toulousains étaient totalement dépassés par cette vitesse d’exécution coté MHB, qui prenait tranquillement le chemin des vestiaires avec une avance confortable (8-16 puis 11-19 à la pause).

Une relation avec le pivot qui a fait douter

Philippe Gardent n’est pas le plus mauvais des tacticiens. Si son équipe semblait montrer quelque chose de plus positif, Montpellier continuait de régaler, et profitait de la dispersion de Toulouse pour encore s’envoler, à l’image de Michael Guigou récupérant un ballon dans les mains de l’ailier droit local (14-24). Cependant, de très très loin, les toulousains ont fait un retour. Face à des montpelliérains qui avaient un peu plus de mal en défense, le Fénix a profité pleinement de ce temps faible pour faire son retard, et poussait les gaillards à se mettre à faire de vilaines fautes. La cause, une relation avec le pivot Pettersson qui bougeait vivement la base arrière du MHB. Conséquence, les exclusions pour deux minutes se sont multipliées, pour Soussi, puis Mamdouh. Niveau score, Toulouse pointait alors le bout de son nez, et Vincent Gérard commençait à pester contre sa défense (23-28). Dans le secteur offensif, Montpellier était gêné par une défense très haute sur les arrières, qui sont les habituelles rampes de lancement du jeu. Cela tournait au vinaigre. Heureusement, Montpellier n’a pas flanché, et a pu compter sur ses cadres pour s’imposer avec brio (26-34).

Michael Guigou, impressionant 

L’ailier international aura tout fait à Toulouse. Au centre, à l’aile ou encore sur penalty, presque tout sera rentré pour Michael Guigou, qui pointe à une statistique de 12 buts sur 13 tentatives. Il est le grand artisan de ce succès aujourd’hui, mais lui aussi sait que le MHB aurait pu craquer à dix minutes du terme. Théophile Caussé et Melvyn Richardson, tous les deux à quatre buts, auront également permis à Montpellier de s’envoler. Cet écart de onze buts, en milieu de deuxième période, a été fatal au Fénix. Les arrêts d’Idrissi n’auront pas permis une remontada. Comme quoi, la route vers le titre de champion est encore longue, mais ce déplacement périlleux est déjà à rayer de la liste. Nous tremblerons jusqu’au bout.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s