Montpellier est un grand d’Europe

Soixante minutes à jouer, soixante minutes de réalisées. Quelle performance ! Durant la totalité de la rencontre, les hommes de Patrice Canayer ont surmené cette formation de Flensburg, totalement dépassée par le plan tactique des montpelliérains (29-17).

Un début de partie idéal

Il est vrai, Montpellier s’est ouvert un boulevard, voire une autoroute vers Cologne avec ce début de match réalisé. Avec une ambiance surchauffée à l’Aréna, les joueurs avaient pris la mesure de l’engouement pour cet évènement. Devant près de 8000 personnes, nos montpelliérains ont pris cette rencontre par le bon bout, en proposant une défense très agressive, et même plus efficace qu’au match aller (5-1, 8e minute). Derrière cela, nous sentions que Vincent Gérard était en train de nous préparer un festival. Avec déjà six arrêts au bout d’un quart d’heure de jeu, il permettait à son équipe de maintenir une avance plutôt confortable. Cette confiance était également acquise avec cette attaque de folie, emmenée par Richardson et Truchanovicius, impériaux (8-3). Et encore, si Flensburg n’était pas encore à la rue, les allemands le devaient en grande partie à leur gardien Andersson, très expérimenté, et lui aussi dans une bonne dynamique. Montpellier a pu connaitre un petit temps faible, mais avait une défense toujours aussi solide, qui lui permettait de mener de cinq longueurs à la pause (14-9). Le coup tactique de Patrice Canayer était alors parfait, et donnait un semblant de victoire.

Un match géré puis enterré

Lorsque l’on voit l’intensité mise par les Héraultais dans cette première période, une pause était bien méritée, tout comme les BlueFox qui n’ont pas arrêté de donner de la voix. Ne pas tomber dans la facilité, c’était le risque à entrevoir dans ce début de deuxième acte pour les montpelliérains, qui semblaient marcher sur cette partie. Avec les gardiens à la parade, ou quelques manques d’efficacités sur certains tirs, le MHB avait toujours son avance (19-12). Plus les minutes défilaient, plus un pas vers Cologne était fait, face à des allemands qui baissaient de plus en plus la tête. Et pour cause, cette formation montpelliéraine réussissait tout ce qu’elle entreprenait, tout en restant sérieuse en défense. Les pertes de balles pour les visiteurs, tout comme les parades de Gérard s’enchainaient dans cette fin de match, et l’heure était alors à la fête (23-14). Durant ces derniers instants, chaque personne dans cette salle a pris le temps de savourer, et d’entamer des chants victorieux « On va à Cologne, on va à Cologne » (29-17).

Une victoire collective   

Il n’y a qu’à regarder les statistiques, pour voir que nos joueurs se coordonnent parfaitement pour construire ce genre de victoire. Actuellement, les deux arrières excellent sur leur poste respectif, avec neuf buts pour Richardson, et sept pour Truchanovicius. Auteurs de plus de la moitié des buts du MHB, ils ont su guider cette équipe vers un succès monumental. Mais en défense, c’est une démonstration de puissance collective qui s’est vue à l’Aréna. Les montpelliérains n’ont pas laissé le moindre intervalle pour se faufiler, et surtout, il faut féliciter notre gardien, auteur de 17 arrêts, élu homme du match ! Ce n’était pas seulement la victoire d’une équipe ce Dimanche, mais également d’un club, d’un public, et de toute une ville. Tous les acteurs ont apporté leur pierre à l’édifice, dans un match qui restera écrit dans l’Histoire du club pour encore bien des années.

Photo : @PatriciaSports

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s