Les Verts éteignent les voyants verts de l’Europe

Montpellier a probablement grillé une de ses dernières cartouches pour l’Europe. Face à Saint Etienne, le MHSC aura poussé, mais aura surtout manqué d’efficacité à l’approche de la zone de vérité, face à une défense stéphanoise qui a tout repoussé. 

C’était le match à ne pas perdre, et surtout, à gagner. Mais oui, il fallait prendre peur de cette équipe de l’ASSE, lancée sur une dynamique hors normes (douze matchs sans défaites), et revancharde d’un match aller perdu dans le Chaudron (0-1). Actuellement dans le doute, les montpelliérains tombaient donc sur un concurrent direct qui comptaient bien profiter de cette mauvaise passe pour continuer cette remontée de l’extrême. Cependant, les joueurs du MHSC n’ont pas tardé à montrer des envies offensives, malgré cette défense à cinq. Malheureusement, il aura fallu un enchaînement de passes aux abords de la surface, pour que l’ex montpelliérain Cabella, centre pour Hamouma qui n’avait qu’à pousser au fond des filets (0-1, 10e minute).

Dès lors, les visiteurs vont s’affranchir dans leur camp, laissant la pleine possession à Montpellier. Balle au pied, les locaux étaient incapables de venir inquiéter Ruffier, du fait de nombreux centres gâchés par les latéraux. En plus de cela, les quelques frappes n’étaient pas lucides pour espérer faire mouche. Comme un éclair, c’est le jeune Cozza qui provoquait alors un penalty qui aurait pu tout changer. Du moins, avant que Sio ne le voit stoppé par le gardien des Verts dans le temps additionnel.

En deuxième période, Montpellier a frôlé la correctionnelle. A jouer très haut (et ce n’est pas pour nous déplaire), les pailladins s’exposaient à des contres vivaces des visiteurs. Par deux fois, Remi Cabella aurait pu doubler la mise pour son équipe, mais tombait sur un Benjamin Lecomte toujours aussi efficace. Devant, avec neuf corners, le MHSC ne se procurait pas la moindre occasion franche. Le manque de justesse dans la dernière passe traduisait une saison moribonde dans ce secteur offensif. Cette grosse opportunité, elle est venue tout d’abord d’une frappe de Dolly, limpide, mais sortie par Stephane Ruffier, puis ensuite par Skhiri, dont la frappe se heurtait au montant droit, à cinq minutes du terme. Avec une défense impeccable, Saint Etienne prolonge le doute montpelliérain, à trois journées de la fin.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s