Nîmes prive un retour à Bercy

De Nîmes,

Engagé dans plusieurs compétitions encore, le MHB a flanché, et cette fois ci, en Coupe de France. Dans ce derby, les montpelliérains sont tombés sur une grosse équipe nîmoise, qui risque de subir la foudre dans une semaine, en championnat. 

C’est un scénario inimaginable lorsque l’on voyait le début de partie effectué par les Héraultais. Et pour cause, ils avaient pris le match en mains, face à des nîmois qui respectaient la hiérarchie, sans la bousculer (3-5, 10e minute). Dans un Parnasse en fusion, Montpellier et Jonas Truchanovicius se donnaient de la confiance dans le jeu, mais n’arrivaient pas forcement à creuser une avance confortable. Et pour cause, les locaux n’avait pas prévu de baisser les bras de si tôt. Poussés par leur public, ils ont su faire un retour en approchant de la pause (9-9, 18e minute). Juste le temps de replacer son équipe, Patrice Canayer a guidé son équipe, et a pu compter sur trois parades de son gardien Vincent Gérard, pour reprendre de l’avance (9-12). Par fatigue ou par déconcentration, le MHB a remis sans le savoir, Nîmes dans la partie juste avant la pause, en se pliant devant un secteur offensif revenu fort (16-16).

De retour de la mi temps, nous savions tous que le combat allait être bien plus rude que prévu. Si Valentin Porte a excellé avec sept réalisations, les locaux ne flanchaient pas face à Montpellier. Les nîmois ont pris l’avantage dès la 36e minute (19-18), pour ensuite, ne plus le lâcher. C’est à ce moment là, de manière incompréhensible, que le MHB a connu un véritable trou d’air dans son plan de jeu. En attaque, les solutions se faisaient rares, et surtout, la défense fut trop tendre. Cela profitait donc aux gardois, qui eux, ont su creuser l’écart, chose que les Héraultais n’ont pas fait (25-20). La gestion et le scénario de la rencontre étaient alors parfaits pour Nîmes, qui voyait le MHB en difficulté. Et pourtant, nos joueurs ont mis une sacré pression en fin de match, en revenant à deux petits buts (30-28). A l’expérience et à l’envie, les nîmois n’ont pas abandonné ce succès, qui leur permet de s’envoler vers Bercy, en finale.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s