La Rade coule Montpellier

De Marseille,

Devant 40000 spectateurs, le MHR a été surmené par le RCT aujourd’hui. Si les conditions de jeu était plutôt idéales, ici à Marseille, l’équipe remaniée par Vern Cotter n’aura pas fait le poids face à des toulonnais très vifs, puis plus en difficulté. 

Une entame catastrophique

Si les montpelliérains ont montré très rapidement qu’ils avaient les crocs, la puissance de Toulon a vite fait la différence. Le MHR a subi la foudre du XV de la Rade, qui était déterminant sur chaque possession. Bilan, en un quart d’heure , Montpellier avait déjà encaissé deux essais, et permettait à Chris Ashton de devenir le recordman d’essais en Top 14 (12-0). Si les séquences offensives étaient intéressantes, trop d’erreurs rendaient fébrile cette équipe montpelliéraine. Le manque d’automatismes se faisait ressentir. La confiance, elle, avait bien choisi son camp. A la vingtième minute, c’était au tour de Bastareaud d’inscrire déjà l’essai de bonus, après un petit coup de pied au dessus d’une défense montée trop vite (22-0). Mais il aura fallu une prise d’intervalle, pour ouvrir le score coté Cistes. Si Cruden a bien pris l’espace, le jeu entre Dumoulin et Martin a été parfait, pour réduire la marque (22-7). Mais malheureusement, en étant gourmands après la sirène de la pause, les montpelliérains se sont sabordés en encaissant un nouvel essai (29-7).

Une mêlée à la déroute

C’est durant ces phases arrêtées que nous avons vu toute la difficulté de Montpellier, ce samedi après midi. Tout d’abord, en mêlée. Le pack montpelliérain n’a pas tenu le choc, surtout en deuxième période. En tout, c’est à quatre reprises que les avants du MHR ont été sanctionnés, ou ont perdu le ballon, sous la puissance toulonnaise. Et même l’entrée de certains cadres, comme Louis Picamoles, n’a pu y remédier. Dans le secteur de la touche, Montpellier a également été en difficulté. Si, selon les statistiques, les Héraultais ont la meilleure touche, ils ont été contré, sans un Bismarck du Plessis que l’on remarque plus qu’important désormais. Sans ces deux secteurs primordiaux, l’efficacité du MHR était alors dérisoire pour espérer rivaliser face à une formation de Toulon type.

Les cadres sauvent la partie 

Revenus avec de meilleures intentions, les joueurs de Vern Cotter ont su poser plus de difficultés aux toulonnais. Les deux équipes se sont alors jaugées, et Montpellier se montrait bien plus incisif que lors des quarante premières minutes. A l’heure de jeu, c’est le jeune Ngandebe qui ramenait le MHR dans la partie, et surtout, qui privait le RCT d’un bonus. Quitte à ne pas pouvoir l’emporter, autant priver les adversaires d’un point supplémentaire. Telle semblait être la tactique des Cistes. Malgré une étonnante pénalité de Belleau, les montpelliérains sont allés jusqu’au bout de leur effort, pour marquer un troisième essai. A l’arrachée, Kélian Galletier a totalement refroidi le Vélodrome, qui se voyait déjà acquérir ce point de bonus (32-17). Les erreurs de la première mi temps auront couté une défaite à Montpellier, qui restera quoi qu’il arrive, leader, lundi matin.

Quentin Jacquet

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s