Trop justes pour espérer mieux

Une nette domination toulousaine a privé le MHR de la moindre satisfaction ce dimanche (22-14). Cette défaite n’influence pas le classement, mais Montpellier voit son adversaire du jour revenir. 

35 minutes de disette

Le match a pourtant démarré fort. Mais dans le mauvais sens du terme. En effet, main sur le ballon, les garonnais exerçaient une forte pression dans le camp montpelliérain. A plusieurs reprises, il fallait quelques erreurs des locaux pour enfin se dégager. Lorsque les Cistes avaient la possession, aucune solution. Le mur noir des toulousains en défense ne flanchait pas sous les impacts des visiteurs. Malgré leur domination, les joueurs du Stade ne parvenaient pas à scorer. Quelques pénalités tapées de loin, aux alentours de cinquante mètres, par Ramos, n’ont pas donné lieu à une ouverture de la marque, qui se faisait désirer. Pendant ce temps là, le MHR s’attelait à un combat rude, que ce soit dans les rucks, ou même en mêlée fermée. Le jeu au pied tactique a également été utilisé pour mettre la pression, mais assez inefficace des deux cotés.

Un réveil en fin de première mi temps

Il a fallu attendre les cinq dernières minutes pour que le match s’emballe ici, à Ernest Wallon. Les montpelliérains ont commencé par garder la main sur ballon. Après plusieurs séquences fructueuses, et un avantage qui était en cours, Nemani Nadolo a ouvert le score dans ce match. Grâce à sa puissance, il résista au dernier défenseur pour aplatir (0-7). Mais Toulouse n’avait pas dit son dernier mot. Lors d’une dernière pénalité jouée en touche, les locaux ont infligé une grosse pression aux cinq mètres. Pression payante puisque c’est Maestri, qui est venu égaliser d’un essai similaire à celui du MHR. Score de parité à la pause (7-7).

Une seconde période trop imprécise

Avec un temps mitigé sur la ville rose, les montpelliérains ont pris la foudre après la pause. Pénalisée à de nombreuses reprises, la mêlée Héraultaise mettait en danger toute l’équipe, qui a fini par craquer une seconde fois. Après un essai refusé sur un cafouillage, la mise en jeu suivante a été la bonne pour le Stade, qui prenait l’avantage (12-7), bonifié quelques minutes plus tard, par une pénalité signée Ramos (15-7). La discipline, habituel mot d’ordre, n’a pas souhaité rester éveillée longtemps. A vingt minutes du terme, c’est le sud africain Paul Willemse qui recevait un carton jaune. Il n’en fallait pas plus pour que les toulousains exploitent cette opportunité. C’était au tour de Zack Holmes de crocheter toute la défense montpelliéraine, pour aplatir et élargir le score (22-7). A quinze contre quinze, le rugby est plus simple. Mais Montpellier l’a compris un peu tard ce dimanche. En fin de partie, plusieurs fautes répétées des locaux, ont entrainé l’arbitre à accorder un dernier essai de pénalité pour le MHR (22-14). Une défaite plutôt logique sur l’ensemble du match. Les Héraultais repartent bredouille de Garonne, et devront rapidement se tourner vers le match face à Castres.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s