Montpellier aura droit à son huitième

Nous y sommes. Le Montpellier Handball est parvenu à rallier les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, après sa victoire face à l’Ademar Leon, ce dimanche après midi (20-19). Ce fut compliqué, mais l’essentiel restait la qualification. 

Difficile de ne pas envisager un huitième de finale, ici au Palais des Sports René Bougnol. Mais auparavant, il fallait passer ce dernier obstacle de l’Ademar Leon. Pour cela, les montpelliérains ne se ménageaient pas, et les cadres ont animé, en début de match, un secteur offensif qui a tant fait défaut, face à Paris. Avec la fraicheur physique de notre Michael Guigou, et une défense toujours aussi compacte, Montpellier creusait le premier écart de la rencontre (4-2, 7e minute). Cette bonne entame des locaux faisait beaucoup de bien pour la confiance, et une exclusion adverse permettait de garder de l’avance (7-4, 14e minute).

Cependant, même avec un joueur de moins sur le terrain, cette formation espagnole se montrait dangereuse, et contraignait les montpelliérains à une défense ample et vive. Le dernier rempart héraultais a du s’employer plusieurs fois. Mais lorsque l’on voyait cette animation offensive, il est difficilement compréhensible d’expliquer ce qu’il s’est passé face au PSG. Ici, nous ne pouvions rien reprocher, si ce n’est un petit manque d’efficacité au tir, que empêchait le MHB de prendre le large (10-6, 20e minute). Mais en plus de l’excellente défense, la rentrée de Ludovic Fabregas a fait beaucoup de bruit dans la salle, à la 25e minute, lui qui n’a plus joué plus de trois mois. Même Vincent Gérard a failli avoir son moment de gloire, en s’amenant lui même sa contre attaque, mais il a été stoppé au dernier moment à sept mètres. Et c’est sur ce rythme plutôt tranquille, animé et plaisant, que le MHB menait 13-8 à la mi temps.

De retour des vestiaires, les montpelliérains n’ont pas laissé les jambes et les têtes au repos. D’entrée de jeu, ils ont continué sur leur lancée, mais tombaient sur un solide gardien de la formation espagnole, qui donnait un sursis à son équipe, si nous pouvions appeler cela un sursis (15-9, 36e minute). Plus le temps défilait, plus les adversaires semblaient sans solutions face à une défense montpelliéraine très satisfaisante, mais le score n’était pas encore fait. Dès lors, le rythme a tout de même baissé en intensité, et Montpellier confortait son avance, face à une équipe de Leon qui abattait ses dernières cartouches dans la bataille (16-13, 44e minute).

Et ce coup de mou s’avérait plus dangereux qu’il ne l’était. A force de faire des petites fautes, et de concéder des exclusions, les espagnols en ont profité pour revenir à un seul but du MHB (17-16, 48e minute). Face à ce problème de gestion, Patrice Canayer n’a pas hésité à poser son temps mort, et mobiliser ses troupes à dix minutes de la fin. Attendre n’était pas la solution, et Leon s’est remis dans le match à sa façon, en égalisant à huit minutes du terme (18-18, 52e minute). La partie se crispait, et la formation ibérique prenait l’avantage pour la première fois de la rencontre (18-19). Dans une fin de partie plutôt bouillonnante, le MHB a fini par s’imposer sur le fil 20-19.

Gérard : 1/1 , Caussé : 2/2, Truchanovicius 2/5, Guigou : 2/3, Richardson : 4/8, Kavticnik : 3/6, Bonnefond : 1/4, Mamdouh 1/1

Quentin Jacquet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s