Il faudra en montrer beaucoup plus

Le compte à rebours avant la fin du championnat est bien lancé. Suivi de (très), près par le Racing 92, mais également par La Rochelle, les montpelliérains ont tremblé face à l’Union Bordeaux-Bègles, mais confortent la place de leader du Top 14.

Cette semaine, joueurs et entraineurs de Montpellier n’ont pas hésité à le rappeler à de multiples reprises, Bordeaux reste une équipe en manque de points, donc dangereuse lors de sa venue à l’Altrad Stadium. Cela s’est vu dès le début de partie. De bonnes intentions de la part des visiteurs, mais les locaux ne tremblaient pas, et ressortaient proprement de leur camp. Le jeu au pied était utilisé de manière considérable des deux cotés, choix tactique pour les lancements de séquences. Bien dans les rucks, les montpelliérains et Ruan Pienaar profitaient de l’indiscipline des visiteurs pour ouvrir la marque (3-0). Cependant, très peu d’espaces s’ouvraient dans cette première mi temps, et cela laissait le coeur du jeu se dérouler aux alentours de la ligne médiane. L’UBB tenait tête au MHR dans tous les secteurs, d’où ce même score à la 25e minute.

Heureusement que la défense Ciste tenait le coup, car en attaque, trop d’erreurs techniques (pour les deux formations par ailleurs) entachaient cette rencontre sous le ciel gris de Montpellier.  Il fallait attendre la demi heure de jeu pour voir la première brèche allumée, puis conclue par … Bordeaux. Et oui, en se montrant dangereux, les girondins ont pris l’intervalle dans les 22 mètres adverses, et Fidow s’en est allé inscrire le premier essai de la partie (3-5). Pas même Pienaar ne trouvait la touche sur les pénalités offertes par l’UBB. Quand on vous dit que rien ne va, rien ne va dans cette première période. C’est sur ce score de 3-5, en faveur de l’Union, que les joueurs regagnaient les vestiaires, sous les sifflets du public.

A peine revenus de la pause, les trente acteurs de la partie ont mis le rythme nécessaire. Une minute de jeu, et voilà que la balle parvient à l’ailier bordelais, qui d’un sprint puissant, inscrivait déjà le deuxième essai en faveur des visiteurs. Les montpelliérains n’y étaient pas (3-10). Piqués à vif, les locaux se sont remis dans le droit chemin sur l’engagement, et ont réduit la marque grâce à leur buteur sud africain, à la 45e minute (6-10). Le MHR montrait un peu plus d’envie dans cette deuxième mi temps. Les entrées de Steyn, Willemse ou encore Nariashvili ont apporté de l’énergie, car il en fallait face à cette dense formation bordelaise.

Nous avons du attendre l’heure de jeu pour voir le MHR jouer son rugby. Le rugby qu’on aime à Montpellier, avec une touche et un ballon porté. Tout cela a entrainé un décalage, et surtout un petit coup de pied parfait de Steyn pour Serfontein, qui marque en coin, et permet aux Cistes de repasser devant (11-10). Malgré ce sursaut d’orgueil de la part de Montpellier, les bordelais ne restaient pas moins dangereux, et venaient de plus en plus dans le camp montpelliérain. La défense héraultaise semblait tout de même plus compacte que lors de la première mi temps, mais encore trop d’indisciplines empêchaient de creuser l’écart à dix minutes du terme. Des dernières minutes interminables pour le public, et voilà que l’arbitre délivre tout le monde. Une (très) courte victoire pour Montpellier (11-10), et un match qu’il ne faudra pas forcément retenir pour la suite, même si c’est toujours quatre points de pris dans la course aux phases finales.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s