Cavani et ses coéquipiers ont donné une leçon de football aux montpelliérains (4-0)

Ce résultat est si contrasté avec les mots de Michel Der Zakarian, cette semaine, lors de la conférence de presse. A défaut d’une bonne partie, les montpelliérains ont été submergés par des parisiens bien trop puissants.

Mais avec une défense toujours bien en place, Montpellier ne retrouvait pas l’assurance comme au match aller. Là, le PSG se montrait dangereux à toute venue dans le camp des pailladins, qui tentaient tant bien que mal, de ne pas craquer. L’occasion franche de Draxler, à la 3e minute, sonnait déjà l’alarme. Plus les minutes passaient, plus le MHSC se retrouvait en danger face au trio d’attaque Cavani-Neymar-Di Maria, toujours aussi technique et précis. A force de pousser, les parisiens ont fait craqué la meilleure défense du championnat, dès la 11e minute de jeu. D’une frappe du pied gauche, El Matador entre dans l’histoire, en devenant le meilleur buteur du PSG (1-0). Montpellier se montrait bien trop timide dans le jeu, pour approcher les cages parisiennes, et Areola, qui n’a rien eu à faire. Au contraire, les occasions se multipliaient, et Benjamin Lecomte tentait de sauver son équipe grâce à de nombreuses parades. Mais à force de reculer, les montpelliérains se mettent à la faute, et concédaient un penalty, transformé par Neymar, juste avant la pause (2-0).

De retour des vestiaires, les parisiens se contentaient de gérer l’avance qu’ils se sont procurés en première période. Les quelques changements apportés par le coach montpelliérain n’auront pas changé la physionomie de ce match, puisque c’est bien le PSG qui avait le monopole du ballon. De timides frappes héraultaises ne pouvaient inquiéter le gardien parisien, pas même la frappe de Sambia, à la 67e minute. Dans la foulée, à 20 minutes du terme, Di Maria marquait le troisième but des joueurs de la capitale (3-0). Les espoirs étaient enterrés du coté de Montpellier, il n’y avait rien à faire du coté de Paris ce samedi. Après une réalisation refusée quelques instants après ce but, les locaux vont sceller leur succès par une frappe du genou du brésilien Neymar, qui termine son match par un doublé (4-0).

Victoire sans surprise des parisiens, qui auront fait plier Montpellier en première période. La meilleure défense du championnat n’aura pas tenu le choc face au trio d’attaque des joueurs de la capitale, qui étaient muets à la Mosson.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s