Montpellier s’impose face Caen (1-0) et rend un bel hommage à Loulou

C’était avec grande émotion, que le peuple de la Paillade, prenait la route du Stade de la Mosson, hier soir, pour la rencontre Montpellier – Caen.

Après avoir bravé quelques sandwichs en attendant cette première journée, le ton solennel a été donné aux alentours de 19h45, dans l’enceinte. C’est là que, sur les panneaux géants du stade, a été diffusée une vidéo retraçant tous les souvenirs de Nicollin avec son club. Une vive émotion se lisait sur le visage des supporters montpelliérains, se souvenant du père pailladin, qui a tout apporté à cette formation, durant tant d’années. Après ce petit film, la Butte Paillade a brandi un grand tifo, avec des images marquantes, en noires et blancs, de Loulou. Le reste du stade portait un carré noir en guise de deuil. C’est là que sont entrés les joueurs héraultais et caennais sur la pelouse, sous l’appui et les chants toujours en faveur de Louis Nicollin. Une minute de silence a été parfaitement respectée par tout le monde, avec beaucoup d’émotions notamment chez Laurent Nicollin, mais aussi chez beaucoup de supporters.

Fin près, le match était lancé. Il ne fallait pas décevoir le public pour les montpelliérains, et honorer Loulou, pour son match hommage. Après une première mi temps faible techniquement, peu d’occasions franches se sont distinguées entre les deux formations, 0-0 à la pause. En début de deuxième période, c’est Caen qui met un coup d’accélérateur, pour retrancher les pailladins dans leur camp. Mais, c’est le meilleur moment choisi par Montpellier, pour mener avec brio une attaque, avec s’en suit, un magnifique centre de Berigaud, qui dépose le ballon sur la tête de Camara, pour le 1-0, à la 58e minute. A la 74e minute, tout le stade s’est levé, pour applaudir 60 secondes, notre cher regretté président. Le score ne bougera plus et le MHSC empoche ses trois premiers points de la saison.

Mais bien plus que ça, c’est surtout la victoire de Louis Nicollin ce soir là. Un dernier hommage avec des ballons et son portrait a été rendu après le coup de sifflet final, lors du tour d’honneur des joueurs. Symbole que sa photo n’a jamais réussie à s’envoler, c’était bien que Loulou, restera à jamais dans son stade, et sur ses terres.

Quentin Jacquet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s